Ce travail est né après le visionnage du film de Chris Marker si j'avais 4 dromadaires de 1966. Dans la version que j'ai vue, au début, il y a une voix off en français qui est sous titrée en français. Il m'était difficile de ne pas lire ce qui était inscrit tout en écoutant la voix, je me suis alors installée dans une sorte de ronronnement entre écoute et lecture. Soudainement les sous-titres s'arrêtent et dans ma tête je manque une marche. Cet instant de flottement dans les différents niveaux de compréhension du langage m'a interpellée. J'ai voulu pousser l'expérience en faisant une vidéo qui comprenait lecture et écoute pour le spectateur, en jouant sur l'interaction que peuvent avoir ces deux niveaux de transmission du langage.